La prépa HEC, un véritable

parcours du combattant !

La réussite en prépa repose
sur ce pilier
fondamental :
jeter toutes ses forces dans la

bataille, et ce, dès les premiers jours !

Chaque année, plus d’une dizaine de milliers d’étudiants s’inscrivent en prépa HEC (ECS ou ECE) ; deux ans plus tard, moins d’un millier d’entre eux intègrent l’une des trois plus prestigieuses Grandes Écoles de Commerce françaises, à savoir HEC, l’ESSEC ou l’ESCP (sur environ 1100 places à l’entrée de ces dernières, environ 300 reviennent à des étudiants ayant effectué trois années de préparation), soit un taux de succès en deux ans d’environ 7,5% à l’entrée de ces Écoles et d’environ 2,5% à HEC.
Et pourtant, la quasi-totalité des étudiants entrant en prépa HEC ont eu un parcours brillant jusque-là, obtenant de nombreux satisfecits de la part de leurs professeurs tout au long de leur parcours dans le secondaire, parcours bien souvent ponctué par une mention “bien” ou “très bien” au baccalauréat. Chaque année, une grande majorité des étudiants entrant en prépa (du moins à Paris) sont ainsi intimement persuadés de pouvoir entrer en deux ans dans l’une des toutes meilleures Écoles, aidés en cela par les convictions profondes de leurs parents.
La réalité est donc tout autre : sur près de 10 000 étudiants “brillants” à l’entrée en prépa, moins d’un dixième seulement intègre une “Parisienne” deux ans plus tard !

Or, comment se distinguer des 10 000 autres étudiants aussi brillants que soi en prépa ?
En travaillant, tout au long de ces deux années, avec ardeur et sans perdre un instant, sept jours sur sept, et ce, avec un minimum de répit, mais aussi de façon organisée, avec méthode et rigueur, de façon concentrée…
Si, en deuxième année, le rythme de travail (tout compris) d’un futur intégré à HEC est en moyenne de 14h par jour (six jours sur sept, le septième pouvant s’accompagner de quatre à six heures de détente), soit environ 50h de travail hebdomadaire personnel en période scolaire, les étudiants entrant en prépa commencent généralement avec des rythmes nettement moins soutenus et mettent un, voire plusieurs trimestres, à trouver le bon tempo…
Or, la réussite en prépa repose (entre autres) sur ce pilier fondamental : jeter toutes ses forces dans la bataille, et ce, dès les premiers jours !
Mais la réussite aux concours passe aussi par une stratégie optimale d’approche des différentes matières et des concours, ainsi qu’une organisation irréprochable dans son travail et son emploi du temps…